fbpx
Print Actu
Un café avec: Christophe Bossut

Date

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur skype

Les lundis nous vous proposons, le temps d’un café, une rencontre, une visite, un échange, sur un sujet en lien avec le secteur.

Aujourd’hui nous partageons un moment avec Christophe Bossut pour comprendre le chemin qu’il a parcouru et sa vision des liens qui se tissent toujours plus entre  le digital et le support imprimé.

Votre café est prêt? C’est parti!

Print-Actu : Bonjour Christophe, peux-tu te présenter ?

Christophe Bossut : 56 ans au compteur, plus de 35 années dans le prépresse, tombé dans PostScript en 1988 à l’époque où ni Photoshop, ni Indesign n’existaient.Je suis le co-fondateur de ARGO augmented document qui est la fusion de SnapPress et BeAR.

PA : Peux-tu nous en dire plus sur tes activité ? Argo ? Snappress ? En France à l’étranger

CB : SnapPress est une marque de ARGO. ARGO travaille sur le document augmenté.Nous apportons les outils éditoriaux pour ajouter des couches virtuelles à tout type de document (papier ou PDF), surcouche lisible par le lecteur quel que soit le support : si c’est papier c’est par la vision (environnement SnapPRess) , si c’est digital c’est par l’adjonction de surcouches HTML5 (environnement WizeFlow). L’innovation est simple, ces surcouches sont produites par notre éditeur unique, elles sont lues soit par le navigateur Web (Wizeflow) si c’est c’est un contenu digital, soit par une caméra si c’est un contenu physique (SnapPress).

PA : Depuis quand date l’entreprise ?

CB : BeAR fut fondée en 2014, SnapPress en 2016, la fusion date de 2019.

PA : Comment peut-on présenter son activité, les secteurs qu’elle touche ?

CB :
Nous touchons tous les secteurs du document.Le secteur de l’imprimerie bien évidemment, plus particulièrement le prépresse. Mais également le retail, l’éducation, enfin tous les services qui touchent de près ou de loin des documents !

PA : Qui sont tes clients ?

CB : Des éditeurs, des imprimeurs, des marques premium,

PA : Quel est votre rapport aux imprimeurs ?

CB : Nous essayons de les accompagner dans la transformation de leur métier. J’ai connu cela avec l’arrivée de PostScript en 1988, une rupture technologique est d’abord regardée avec amusement voire un certain dédain, puis tout s’emballe et la révolution du secteur se met en marche par l’intégration d’une technologie dans un environnement qui lui était au départ hostile.

Aujourd’hui augmenter un contenu virtuellement va devenir un standard. L’imprimeur travaille lui sur la couche 1, le document lui même, il l’imprime, mais ce document dans son cycle de diffusion (papier ou digital) doit apporter du service au lecteur, à la cible.La valeur du média est le service couplé à ce média pas le média lui-même, ne pas le maîtriser c’est s’exposer à perdre la valeur.

PA : Dans ces activités- y-a-t-il un projet qui t’a particulièrement marqué ?

CB : Oui le premier en fait, celui qui a consisté à rendre le code du travail annoté de GRF dynamiquement à jour en temps réel. Nous avons prouvé qu’un média papier pouvait être à jour de l’actualité en temps réel ! L’accélération que nous subissons est telle que si nos médias ne sont pas temps réels, alors ils perdent de leur valeur !

PA : En dehors du secteur y-t-il une société qui t’inspire, un projet que tu aurais aimé réaliser ?

CB : OCEAN CleanUP (Boyan Slat) et Sea Orbiter (Jacques Rougerie), tu remarqueras que je réponds en répondant bien sur les termes “société” et “projet”, mais immédiatement je te cite les fondateurs. Un projet n’existe pas sans les hommes.

PA : Ce qui pour toi va changer dans un avenir proche ?

CB : Je pense que nous sommes les témoins d’une transformation anthropomorphique, en fait la génération actuelle n’a plus besoin de savoir, au sens de connaître une réponse, mais de savoir avoir accès à la bonne réponse. Je ne juge pas, c’est un fait.Ma génération a vu l’arrivée de la calculatrice électronique et nos parents nous promettaient un avenir sombre car nous ne pourrions plus compter la monnaie pour aller acheter le pain. La réalité n’est pas que nous ne savons plus compter la monnaie que l’on nous rend, mais la réalité c’est que nous payons sans contact avec une CB!Le contenu, papier ou PDF, ne sera plus lu de la même manière, il sera consommé. L’avenir est à l’augmentation des contenus pour les rendre accessibles au plus grand nombre suivant le contexte.

Pour illustrer cela j’ai écrit un article vulgariser sur le suivi de production dans l’imprimerie. L’idée est de comprendre qu’un document est le point central et que c’est en le connectant au reste de l’entreprise qu’on peut apporter le service indispensable à la survie de cette industrie. Commençons donc par connecter le produit final à l’ensemble de l’écosystème de production. Le lien c’est l’image de la page (sur écran ou sur papier).

PA : Comment Argo se positionne vis-à-vis de ces évolutions ?

CB : Nous travaillons justement à créer les couches virtuelles supplémentaires d’interconnexions. Soit sur le PDF lui-même, soit sur le papier imprimé depuis le PDF au travers de la vision. Nous sommes l’outils d’édition du futur, les contenus seront reliés entre eux, quelle que soit leur forme, papier ou numérique. Nous réalisons l’interconnexion entre un contenu et le reste de la planète ; nous sommes le search de demain, on ne googlerisera plus un sujet, on le regardera et nous aurons accès aux surcouches contextualisées qui nous permettront de consommer ce contenu. C’est ce que j’appelle la génération Snap, Share Tag.

PA: Merci Christophe, nous laisserons ceux qui veulent approfondir, enrichir, prendre le soin de venir partager  avec toi et tes équipes un, ou plusieurs, cafés.

Pour aller plus loin nous vous proposons  donc les liens suivants:

Le contacter pour prendre un café (allongé): Christophe Bossut Découvrir les projets: SnapPress ARGO Bear

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PLUS
d'articles

error: Content is protected !!